Archives de catégorie : Vie privée

Espionnage américain : les données qu'Apple, Facebook ou Google possèdent sur nous sont extrêmement indiscrètes

The Guardian et The Washington Post ont révélé que la NSA (National Security Agency), l’agence américaine chargée des écoutes électroniques, pouvait avoir directement accès aux serveurs d’Apple, Facebook, Google, Microsoft, Skype et autre Yahoo! pour espionner des citoyens du monde entier.

Pour se rendre compte à quel point les données archivées par ces géants de l’Internet révèlent tout de nous, y compris notre intimité, il suffit de créer une publicité sur Facebook.

Voici déjà plusieurs mois que j’ai constaté que Facebook permettait aux annonceurs de cibler des publicités en fonction de nos centres d’intérêt supposés pour certaines pratiques sexuelles ou certaines drogues illicites (lire l’épisode 1 : Les publicités Facebook ciblent nos préférences sexuelles !l’épisode 2 avec l’avis de la CNIL et de son homologue irlandaisl’épisode 3, avec la réponse officielle, mais décevante, de Facebook, ainsi qu’une interview de Benoit Dupont, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie de l’Université de Montréal ; l’épisode 4 avec l’ultimatum que la CNIL irlandaise avait lancé à Facebook ; l’épisode 5 pour apprendre comment Facebook nous range dans telle ou telle catégorie pour nous afficher des publicités ciblées).

La saisie d’écran ci-dessous, réalisée ce matin même, prouve qu’il est toujours possible de concevoir une publicité sur Facebook ciblant les internautes en fonction de données sensibles.

Espionnage américain : les données qu’Apple, Facebook ou Google possèdent sur nous sont extrêmement indiscrètes

The Guardian et The Washington Post ont révélé que la NSA (National Security Agency), l’agence américaine chargée des écoutes électroniques, pouvait avoir directement accès aux serveurs d’Apple, Facebook, Google, Microsoft, Skype et autre Yahoo! pour espionner des citoyens du monde entier.

Pour se rendre compte à quel point les données archivées par ces géants de l’Internet révèlent tout de nous, y compris notre intimité, il suffit de créer une publicité sur Facebook.

Voici déjà plusieurs mois que j’ai constaté que Facebook permettait aux annonceurs de cibler des publicités en fonction de nos centres d’intérêt supposés pour certaines pratiques sexuelles ou certaines drogues illicites (lire l’épisode 1 : Les publicités Facebook ciblent nos préférences sexuelles !l’épisode 2 avec l’avis de la CNIL et de son homologue irlandaisl’épisode 3, avec la réponse officielle, mais décevante, de Facebook, ainsi qu’une interview de Benoit Dupont, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie de l’Université de Montréal ; l’épisode 4 avec l’ultimatum que la CNIL irlandaise avait lancé à Facebook ; l’épisode 5 pour apprendre comment Facebook nous range dans telle ou telle catégorie pour nous afficher des publicités ciblées).

La saisie d’écran ci-dessous, réalisée ce matin même, prouve qu’il est toujours possible de concevoir une publicité sur Facebook ciblant les internautes en fonction de données sensibles.

Deux livres à lire ou à relire pour comprendre le programme d'espionnage américain révélé par The Guardian et The Washington Post

The Guardian et The Washington Post viennent de révéler que la NSA (National Security Agency), l’agence américaine chargée des écoutes électroniques avait directement accès aux serveurs d’Apple, Facebook, Google, Microsoft, Skype et autre Yahoo! pour espionner des citoyens du monde entier. C’est-à-dire n’importe lequel d’entre nous !
Officiellement, ces écoutes visent à lutter contre le terrorisme, mais les données collectées pourraient tout aussi bien être utilisées pour l’espionnage économique ou la surveillance politique.
Les grandes oreilles de l’Oncle Sam ont accès à l’historique de nos recherches sur Google, aux courriers électroniques que nous échangeons sur Yahoo!, aux vidéos que nous publions sur YouTube ou aux photos que nous archivons sur Picasa dans le cadre d’un programme de surveillance appelé Prism, qui est le descendant du programme TIA (Total Information Awareness : Surveillance Totale) que je décris dans mon livre Tous Fichés : l’incroyable projet américain pour déjouer les attentats terroristes (Editions Télémaque novembre 2005).
Ce programme de «Surveillance totale», initié après les attentats du 11 septembre 2001, visait à constituer des fiches sur chaque habitant de la planète pour  détecter, dans nos agissements, les signes annonçant la préparation d’attentats terroristes.
Une des retombées de ce programme de recherche fut la réquisition par les autorités américaines des données des passagers : depuis novembre 2001, toutes les compagnies aériennes qui desservent ou qui survolent les Etats-Unis doivent communiquer toutes les informations qu’elles possèdent sur les passagers de chacun de leurs vols (nom, adresse, email, numéro de carte bancaire, passagers voyageant avec eux, préférences alimentaires…).
Puis les autorités américaines ont étendu ces réquisitions aux données des grands acteurs américains de l’Internet. Dans mon livre Silicon Valley / Prédateurs vallée ? Comment Apple, Facebook, Google et les autres s’emparent de nos données (Editions Télémaque novembre 2011), je raconte que ces entreprises savent… tout de nous !
Près d’un milliard de Terriens utilisent les services de Google ou de Facebook. A travers les mots clés que nous tapons lors de nos recherches, Google sait quelles maladies nous avons (il est capable de prédire les épidémies de grippe avec trois jours d’avance sur les observatoires officiels de la grippe qui existent dans les pays développés), pour qui nous votons, nos croyances, nos préférences alimentaires, etc.

Deux livres à lire ou à relire pour comprendre le programme d’espionnage américain révélé par The Guardian et The Washington Post

The Guardian et The Washington Post viennent de révéler que la NSA (National Security Agency), l’agence américaine chargée des écoutes électroniques avait directement accès aux serveurs d’Apple, Facebook, Google, Microsoft, Skype et autre Yahoo! pour espionner des citoyens du monde entier. C’est-à-dire n’importe lequel d’entre nous !
Officiellement, ces écoutes visent à lutter contre le terrorisme, mais les données collectées pourraient tout aussi bien être utilisées pour l’espionnage économique ou la surveillance politique.
Les grandes oreilles de l’Oncle Sam ont accès à l’historique de nos recherches sur Google, aux courriers électroniques que nous échangeons sur Yahoo!, aux vidéos que nous publions sur YouTube ou aux photos que nous archivons sur Picasa dans le cadre d’un programme de surveillance appelé Prism, qui est le descendant du programme TIA (Total Information Awareness : Surveillance Totale) que je décris dans mon livre Tous Fichés : l’incroyable projet américain pour déjouer les attentats terroristes (Editions Télémaque novembre 2005).
Ce programme de «Surveillance totale», initié après les attentats du 11 septembre 2001, visait à constituer des fiches sur chaque habitant de la planète pour  détecter, dans nos agissements, les signes annonçant la préparation d’attentats terroristes.
Une des retombées de ce programme de recherche fut la réquisition par les autorités américaines des données des passagers : depuis novembre 2001, toutes les compagnies aériennes qui desservent ou qui survolent les Etats-Unis doivent communiquer toutes les informations qu’elles possèdent sur les passagers de chacun de leurs vols (nom, adresse, email, numéro de carte bancaire, passagers voyageant avec eux, préférences alimentaires…).
Puis les autorités américaines ont étendu ces réquisitions aux données des grands acteurs américains de l’Internet. Dans mon livre Silicon Valley / Prédateurs vallée ? Comment Apple, Facebook, Google et les autres s’emparent de nos données (Editions Télémaque novembre 2011), je raconte que ces entreprises savent… tout de nous !
Près d’un milliard de Terriens utilisent les services de Google ou de Facebook. A travers les mots clés que nous tapons lors de nos recherches, Google sait quelles maladies nous avons (il est capable de prédire les épidémies de grippe avec trois jours d’avance sur les observatoires officiels de la grippe qui existent dans les pays développés), pour qui nous votons, nos croyances, nos préférences alimentaires, etc.

Les nouvelles technologies à l'hôpital

J’ai publié ce matin dans Les Echos une enquête sur la eSanté à l’hôpital : meilleur accueil, meilleurs soins, meilleur suivi… les nouvelles technologies hospitalières, centrées sur le patient, devraient également permettre une meilleure gestion.

Les nouvelles technologies à l’hôpital

J’ai publié ce matin dans Les Echos une enquête sur la eSanté à l’hôpital : meilleur accueil, meilleurs soins, meilleur suivi… les nouvelles technologies hospitalières, centrées sur le patient, devraient également permettre une meilleure gestion.

Demain soir à Valence (26) pour intervenir sur le thème «Facebook et les réseaux sociaux : amis ou ennemis des internautes et de leur vie privée ?»

Je serai demain soir, mardi 20 novembre 2012, 20H à Valence (26) pour intervenir sur le thème «Facebook et les réseaux sociaux : amis ou ennemis des internautes et de leur vie privée ?»

Avec plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde, Facebook est devenu un petit Internet à lui tout seul. Bien utilisé, c’est un formidable outil de communication. Mais c’est avant tout une entreprise commerciale qui vit de la publicité et qui n’a qu’un seul objectif : siphonner un maximum d’informations.

A l’invitation de l’Université Populaire de l’Agglomération Valentinoise.

La conférence aura lieu :

– à 20H00
– au Conseil Général de la Drôme‎, Hôtel du département
26 Avenue du Président Herriot, 26026 Valence


View Larger Map

J’ai publié ce matin dans les Echos un article sur les dangers de la reconnaissance des visages


Deux cent cinquante millions de nouvelles photos sont publiées chaque jour sur Facebook. Publiées et, de plus en plus souvent, identifiées grâce aux « tags » que remplissent les auteurs des clichés ou leurs amis. Ces tags sont également présents sur Google+, mais aussi sur les sites de partage de photos comme Flickr ou Picasa. Un loisir inoffensif ? Pas forcément…

Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant :
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/innovation-competences/technologies/0202106357778-les-dangers-de-la-reconnaissance-du-visage-332619.php

Cet article comprend également des conseils pratiques (que faire sur Facebook et Google + pour se protéger des dangers de la reconnaissance des visages ?) :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/innovation-competences/technologies/0202114599671-que-faire-333497.php

J'ai publié ce matin dans les Echos un article sur les dangers de la reconnaissance des visages


Deux cent cinquante millions de nouvelles photos sont publiées chaque jour sur Facebook. Publiées et, de plus en plus souvent, identifiées grâce aux « tags » que remplissent les auteurs des clichés ou leurs amis. Ces tags sont également présents sur Google+, mais aussi sur les sites de partage de photos comme Flickr ou Picasa. Un loisir inoffensif ? Pas forcément…

Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant :
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/innovation-competences/technologies/0202106357778-les-dangers-de-la-reconnaissance-du-visage-332619.php

Cet article comprend également des conseils pratiques (que faire sur Facebook et Google + pour se protéger des dangers de la reconnaissance des visages ?) :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/innovation-competences/technologies/0202114599671-que-faire-333497.php

« Facebook Ads and Sexuality / Drugs » – Part 2

The results of my investigation on Facebook ads, which target the interests of Facebook users in certain sexual practices or in drug.
Eleven days ago, I published an article about the strange discovery I had just made: Facebook allows advertisers to target users based on their interests – expressed or implied – in certain sexual practices or in drugs.

I reported my discovery to the CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés – an independent French administrative authority whose mission is to ensure that data privacy law is applied to the collection, storage, and use of personal data), which confirmed my concerns.  Sophie NerbonneDeputy DirectorLegal, IT and International AffairsCNIL, said during a telephone interview: «this is a use of sensitive data for advertising purposes. Facebook should have collected the approval of its users before using their sensitive data. And the social network cannot hide behind the terms and conditions that must be approved by any new user who signs up for its services: this document is not sufficient to obtain consent prior to the use of sensitive data.»

The Article 29 Data Protection Working Group (G29), which is made up of a representative from the data protection authority of each EU Member State, the European Data Protection Supervisor and the European Commission, recommends even banning all advertising using sensitive data.

I also contacted the Office of the Data Protection Commissioner (ODPC), which, in Ireland, is responsible for the enforcement and monitoring of compliance with data protection legislation. Among European Data protection authorities, the ODPC is specifically responsible for the Facebook case, as the European headquarters of the social network is located in Dublin. Catriona Holohan, Press Officer, Office of the Data Protection Commissioner, answered my questions by e-mail: «the issue of how Facebook-Ireland uses information provided by users to target advertisements was raised during our audit of the company.  […] The relevant extract from the audit report reads: « […] Facebook-Ireland undertakes to clarify its policy in this respect, which is to allow targeting on the basis of keywords entered by the advertiser but not allow targeting based upon the described categories of sensitive data ». * As indicated in the audit report (page 4), we will be formally reviewing implementation of this and other recommendations in July 2012.»

And I sent my text to the Center for Democracy & Technology (CDT) a Washington, D.C. based 501 non-profit organization, which campaigns to enhance free expression and privacy in communications technologies. For Justin Brookman, Director, Consumer Privacy, CDT, this issue is not clear cut. «In the US we really don’t have many substantive privacy laws, so unless Facebook affirmatively promises *not* to target based on these sensitive categories, it’s probably legal, at least from a privacy perspective. »
However, Facebook Advertising Guidelines say** (the emphases are mine):

«B.    Attribution

Ad text may not assert or imply, directly or indirectly, within the ad content or by targeting, a user’s personal characteristics within the following categories:

i.    race or ethnic origin;

ii.    religion or philosophical belief;

iii.    age;

iv.    sexual orientation or sexual life;

v.    gender identity;

vi.    disability or medical condition (including physical or mental health);

vii.    financial status or information;

viii.    membership in a trade union; and

ix.    criminal record.»

For Justin Brookman, Director, Consumer Privacy, CDT, Facebook Advertising Guidelines are ambiguous: «I’m not sure of the details of how Facebook advertising platform works, but it may be the case that it’s just a platform that Facebook doesn’t pre-screen all the potential categories of advertising — they just organically populate, and they leave it to the developers to *not* target based on potentially offensive categories.  I’m sympathetic to the idea that Facebook shouldn’t be legally obligated to pre-screen all potential keywords that might derive — as long as they don’t go out of their way to tell their users that they won’t be advertised based on those categories.  However, you could make the argument that by having developer rules in place, FB has some responsibility for enforcing those rules, even absent consumer-facing disclosures.»

____

Despite my repeated requests since May 16, 2012, Facebook has not answered my questions about this targeting based on sensitive categories.

Jacques Henno

____

Sources:

* Page 50 of audit report available on the ODPC website at
http://dataprotection.ie/viewdoc.asp?DocID=1182&m=f

**www.facebook.com/ad_guidelines.php