Archives de catégorie : Livres de Jacques Henno

NetPublic.fr parle de « Facebook et vos enfants »

Un article consacré à mon dernier livre « Facebook et vos enfants » et publié par le site NetPublic.fr, soutenu par la Délégation aux usages de l’Internet.

Extraits :

«Facebook et vos enfants : Guide pratique de Jacques Henno est construit à partir de questions pragmatiques : celles du grand public souvent mises en avant dans les médias classiques.
[…]
Le domaine de la prévention est largement couvert avec les risques inhérents à l’utilisation de Facebook comme le cyberharcèlement, la cyberprédation, l’addiction en temps au service ; tout en sachant que ces points ne sont pas seulement l’apanage de Facebook. Chiffres et témoignages de spécialistes à l’appui, les réponses sont rédigées avec une argumentation qui rappelle que Facebook est avant tout une entreprise commerciale.»

http://www.netpublic.fr/2012/02/facebook-et-vos-enfants-guide-pratique-jacques-henno/

Les applications sur les appareils mobiles d'Apple peuvent siphonner nos photos

Le New York Times a révélé hier que certaines applications pouvaient avoir accès à toutes les photos stockées sur les appareils mobiles d’Apple (iPhone, iPad, iPod Touch).

Selon le quotidien américain, les applications qui demandent, pour diverses raisons, à utiliser la localisation du propriétaire de l’appareil, peuvent également siphonner l’intégralité de sa bibliothèque de photos ou de vidéos.

En fait, l’utilisateur est bien prévenu qu’en autorisant l’utilisation de sa localisation, il permet également à ces applications d’accéder aux informations sur les lieux de prises de vue*, contenues dans ses photos et ses vidéos, mais il n’est pas averti que ces applications peuvent copier l’intégralité de ses clichés !

L’article du New York Times : http://bits.blogs.nytimes.com/2012/02/28/tk-ios-gives-developers-access-to-photos-videos-location/?ref=technology
___
*La plupart des appareils photos numériques, y compris ceux qui équipent les téléphones portables, enregistrent, en plus de la photo elle-même, des informations sur celle-ci. Ces données sont stockées dans un petit fichier, qui restera attaché au cliché tout au long de ses pérégrinations sur des ordinateurs ou des sites Web. Ce fichier Exif contient la date et l’heure de la prise de vue, la marque et le modèle de l’appareil photo, ainsi que des informations variables comme l’orientation, l’ouverture, la vitesse d’obturation, la longueur de focale, la sensibilité… Si l’appareil photo possède un système de géolocalisation (GPS…), les coordonnées géographiques de la prise de vue sont également enregistrées !

Les applications sur les appareils mobiles d’Apple peuvent siphonner nos photos

Le New York Times a révélé hier que certaines applications pouvaient avoir accès à toutes les photos stockées sur les appareils mobiles d’Apple (iPhone, iPad, iPod Touch).

Selon le quotidien américain, les applications qui demandent, pour diverses raisons, à utiliser la localisation du propriétaire de l’appareil, peuvent également siphonner l’intégralité de sa bibliothèque de photos ou de vidéos.

En fait, l’utilisateur est bien prévenu qu’en autorisant l’utilisation de sa localisation, il permet également à ces applications d’accéder aux informations sur les lieux de prises de vue*, contenues dans ses photos et ses vidéos, mais il n’est pas averti que ces applications peuvent copier l’intégralité de ses clichés !

L’article du New York Times : http://bits.blogs.nytimes.com/2012/02/28/tk-ios-gives-developers-access-to-photos-videos-location/?ref=technology
___
*La plupart des appareils photos numériques, y compris ceux qui équipent les téléphones portables, enregistrent, en plus de la photo elle-même, des informations sur celle-ci. Ces données sont stockées dans un petit fichier, qui restera attaché au cliché tout au long de ses pérégrinations sur des ordinateurs ou des sites Web. Ce fichier Exif contient la date et l’heure de la prise de vue, la marque et le modèle de l’appareil photo, ainsi que des informations variables comme l’orientation, l’ouverture, la vitesse d’obturation, la longueur de focale, la sensibilité… Si l’appareil photo possède un système de géolocalisation (GPS…), les coordonnées géographiques de la prise de vue sont également enregistrées !

Google a-t-il voulu censurer la publicité pour mon livre « Silicon Valley / Prédateurs Vallée » ?

Les services commerciaux de Google m’ont proposé la semaine dernière un bon de 100 euros pour essayer à nouveau leur service d’annonce (voir facsimilé ci-dessous).





J’ai trouvé amusant de profiter de leur offre pour faire de la publicité pour mon livre « Silicon Valley / Prédateurs Vallée ? Comment Apple, Facebook, Google et les autres s’emparent de nos données ».
































J’ai donc créé trois petites publicités :




• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Apple s’empare de vos données »


• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Facebook s’empare de vos données »


• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Google s’empare de vos données »


















.












Ces trois cartouches sont associés à des mots-clés comme « vie privée », « données personnelles », etc. : ils apparaissent au dessus des résultats proposés par Google aux internautes qui mènent des recherches sur ces mots.































Lorsqu’un internaute clique sur une de mes publicités, il est redirigé vers la page consacrée à mon ouvrage sur Fnac.com, où il peut alors acheter mon livre












Bizarrement, l’annonce intitulée « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Google s’empare de vos données » a été refusée par… Google !


J’ai demandé pourquoi aux équipes de Google AdWords :










L’équipe AdWords de Google m’a répondu que cette annonce avait été rejetée à cause de l’utilisation de la marque Google.























J’ai alors demandé pourquoi les deux autres annonces – qui mentionnaient également des marques (Apple et Facebook, en l’occurrence) – n’avaient pas été rejetées.

































Voici leur réponse (voir ci-contre). 


Conclusion : pas de censure sur Google AdWords, mais certaines marques sont mieux protégées que d’autres !

Google a-t-il voulu censurer la publicité pour mon livre "Silicon Valley / Prédateurs Vallée" ?

Les services commerciaux de Google m’ont proposé la semaine dernière un bon de 100 euros pour essayer à nouveau leur service d’annonce (voir facsimilé ci-dessous).





J’ai trouvé amusant de profiter de leur offre pour faire de la publicité pour mon livre « Silicon Valley / Prédateurs Vallée ? Comment Apple, Facebook, Google et les autres s’emparent de nos données ».
































J’ai donc créé trois petites publicités :




• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Apple s’empare de vos données »


• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Facebook s’empare de vos données »


• « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Google s’empare de vos données »


















.












Ces trois cartouches sont associés à des mots-clés comme « vie privée », « données personnelles », etc. : ils apparaissent au dessus des résultats proposés par Google aux internautes qui mènent des recherches sur ces mots.































Lorsqu’un internaute clique sur une de mes publicités, il est redirigé vers la page consacrée à mon ouvrage sur Fnac.com, où il peut alors acheter mon livre












Bizarrement, l’annonce intitulée « Vie privée sur le Web – Découvrez comment Google s’empare de vos données » a été refusée par… Google !


J’ai demandé pourquoi aux équipes de Google AdWords :










L’équipe AdWords de Google m’a répondu que cette annonce avait été rejetée à cause de l’utilisation de la marque Google.























J’ai alors demandé pourquoi les deux autres annonces – qui mentionnaient également des marques (Apple et Facebook, en l’occurrence) – n’avaient pas été rejetées.

































Voici leur réponse (voir ci-contre). 


Conclusion : pas de censure sur Google AdWords, mais certaines marques sont mieux protégées que d’autres !

Les CNIL européennes rejettent les nouvelles règles de confidentialité de Google

La Commission Européenne vient de rendre publique une lettre que la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a adressée hier, lundi 27 février 2012, à Larry Page, le P-DG de Google.
Dans cette missive, envoyée au nom du G29*, la présidente de la CNIL, confirmant ce que j’ai écrit sur ce blog ou dans Les Echos, estime que les nouvelles règles de confidentialité proposées par Google et qui doivent entrer en vigueur après-demain, 1er mars 2012, ne remplissent pas les conditions posées par Directive européenne 95/46/CE sur la protection des données personnelle : les informations données aux internautes sont trop vagues et ne permettent pas de savoir ce qui va être fait exactement de leurs données. 
En particulier, il est impossible, «même pour un spécialiste chevronné des problèmes de protection des données», de savoir comment les informations récoltées lors de l’utilisation de tels ou tels services de Google par les internautes vont être regoupées !
Enfin, Isabelle Falque-Pierrotin insiste sur le fait que Google, pour récolter ces informations, utilise des cookies et qu’il lui est ainsi difficile de respecter le principe de consentement prévu à l’article 5(3) de la Directive européenne sur la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques.
___
*le G29, ou Groupe de travail Article 29 sur la protection des données, est un organe consultatif européen indépendant sur la protection des données et de la vie privée. Son rôle est de conseiller la Commission Européenne, de faire des propositions et de veiller à une application uniforme des directives européennes sur la protection des données ou la vie privée.

Google étend sa mainmise sur nos données

Dans un billet publié hier sur son blog officiel, le moteur de recherche Google a annoncé qu’il se réservait désormais le droit de nous pister à travers tous les sites qu’il gère (YouTube, Gmail, Google +, Google Documents, Google News…), afin de nous proposer des publicités toujours plus ciblées.


A la page 37 de mon livre « Silicon Valley /Prédateurs Vallée ? », je rappelle qu’«un document interne [à Google] estime que toutes les données que [Google] accumule sur nous constituent « la meilleure source d’informations sur les centre d’intérêts des utilisateurs que l’on puisse trouver sur Internet. Aucune autre entreprise ne peut faire aussi bien »*.»

Et, toujours dans mon livre, je demande «combien de temps Larry Page et Sergey Brin [les deux patrons de Google] vont-ils résister à la tentation d’utiliser toutes ces données –  ce que nous faisons sur le moteur de recherche et ce que nous faisons en utilisant les services personnalisés de Google (Gmail, Picasa, Google Documents, Google Maps…) – pour nous envoyer des publicités extrêmement ciblées ?»

La réponse est tombée hier : à partir du 1er mars 2012, Google pourra suivre, au cours de leurs pérégrinations à travers tous les sites (YouTube, Gmail, Google +, Google Documents, Google News…) qu’il gère, les internautes inscrits à un de ces services. Et pourra leur proposer une publicité « ciblée » (personnalisée) en fonction des informations que l’entreprise aura ainsi acquises sur chacun d’entre nous : «We can provide more relevant ads too. For example, it’s January, but maybe you’re not a gym person, so fitness ads aren’t that useful to you». 

Voilà en effet ce que l’on peut lire dans un billet publié sur le blog officiel de Google. Alma Whitten, Director of Privacy, Product and Engineering, y présente les grandes lignes des nouvelles règles de confidentialité, qui entreront en vigueur à partir du 1er mars 2012.

Ces nouvelles règles précisent que Google peut collecter sur nous : 

les données personnelles que nous lui fournissons lorsque nous nous inscrivons à un de ses services. Ces données personelles comprennent  «votre nom, votre adresse e-mail, votre numéro de téléphone ou votre carte de paiement. Pour pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités de partage que nous proposons, vous pouvez également être amené(e) à créer un Profil Google public, qui peut comprendre votre nom et votre photo.»

l’utilisation que nous faisons de ses servicespar exemple lorsque vous visitez un site Web qui utilise nos services publicitaires ou lorsque vous visionnez nos annonces et nos contenus et interagissez avec ces éléments.»). Google peut ainsi enregistrer  :

– des données relatives à l’appareil que nous utilisons ex : modèle, version du système d’exploitation, identifiants uniques de l’appareil et données relatives au réseau mobile, y compris votre numéro de téléphone»). 

– des fichiers journaux, c’est-à-dire des données que Google stocke sur ses serveurs lorsque nous utilisons ses services («vos requêtes de recherche», «données relatives aux communications téléphoniques, comme votre numéro de téléphone, celui de l’appelant, les numéros de transfert, l’heure et la date des appels, leur durée, les données de routage des SMS et les types d’appels», «votre adresse IP» – l’adresse IP est un numéro unique qui permet de savoir que c’est votre ordinateur, et non un autre, qui est connecté à Internet

– des données de localisation («comme par exemple des signaux GPS envoyés par un appareil mobile. Nous pouvons également être amenés à utiliser différentes technologies permettant de vous localiser, telles que les données du capteur de votre appareil permettant par exemple d’identifier les points d’accès Wi-Fi et les antennes-relais se trouvant à proximité»)

– des cookies et identifiants anonymes.

Un peu plus loin, on y apprend que «ces donnée permettent [à Google] de vous proposer des contenus adaptés, tels que des annonces et des résultats de recherche plus pertinents

Voici un petit schéma, résumant ce qui nous attend à partir du 1er mars prochain.

Jacques Henno


*Jessica E. Vascellaro, Google Agonizes on Privacy as Ad World Vaults Ahead, Wall Stret Journal, August 10, 2010 http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703309704575413553851854026.html


Comment faire flouter une photo de sa maison sur Google Street View ?

Des lecteurs de mon livre « Silicon Valley / Prédateurs Vallée ?« , inquiets de l’utilisation qui pouvait être faite de la photo de leur domicile,  m’ont demandé comment faire flouter ces clichés.

Pour l’instant, il n’est pas possible de faire flouter les photos satellite que Google publie sur Google Maps ou Google Earth.

En revanche, Google a prévu une procédure permettant à n’importe quel habitant d’une maison ou d’un appartement de faire flouter la façade de son domicile dans Google Street View, le service de Google qui permet de naviguer virtuellement dans les villes et les villages.

• Le plus simple est de se rendre sur Google Maps et d’entrer dans la barre de recherche, en haut de l’écran, l’adresse de son domicile (dans les saisies d’écrans suivantes, pour des raisons légales, l’exemple du Palais de l’Elysée, a été pris – avertissement aux petits plaisantins qui souhaiteraient faire flouter la façade de l’Elysée : seuls les occupants d’un logement peuvent le faire flouter). 
Il faut ensuite faire glisser sur le plan, le petit bonhomme « Google Street View » orange qui apparaît sur l’échelle de zoom, à gauche de la photo ou du plan. Déplacez-vous dans la rue jusqu’à voir apparaître la façade de votre domicile. Cliquez sur le lien « Signaler un problème », en bas à gauche de la photo.

• Une nouvelle page apparaît. Cliquez sur le lien « Problèmes de respect de la vie privée ».

• Cliquez sur le lien « ma maison »


• Cliquez sur le bouton en face de « J’ai trouvé une photo de ma maison et je souhaiterais qu’elle soit floutée ». Dans le cadre  en dessous, précisez que vous occupez ce logement (encore une fois, inutile de vouloir faire une mauvaise plaisanterie en prétendant que vous habitez le Palais de l’Elysée) et que vous souhaitez, pour des raisons personnelles, que la photo en soit floutée. Dans le cartouche en dessous, indiquez votre adresse e-mail. Puis, juste en dessous, ajustez la vue pour la centrer sur votre habitation. Attention, si vous habitez un immeuble collectif, c’est tout le bâtiment qui sera flouté.

Quelques heures plus tard, vous recevrez un message confirmant la prise en compte de votre demande par Google.


Enfin, quelques jours plus tard, vous recevrez un message de Google vous annonçant que l’opération a été effectuée.

Nouveau livre : Silicon Valley / Prédateurs Vallée ?

Silicon Valley / Prédateurs Vallée ?

Ou comment Apple, Facebook, Google et les autres s’emparent de nos données

Editions Télémaque, 124 pages, novembre 2011, 13,50 euros

La Silicon Valley serait-elle devenue la Vallée des Prédateurs ?


Google enregistre tout ce que nous consultons à partir de son moteur de recherche et peut nous suivre à la trace sur les sites Internet dont il gère la publicité.


«Google pourrait bientôt en savoir plus sur nous que la CIA et le fisc réunis : la surface de notre chambre à coucher, les livres que nous achetons, les messages que nous échangeons, ce que nous sommes susceptibles de penser avant de prendre une décision», prédit Robert Darnton, professeur émérite à l’université de Princeton, président de la bibliothèque de l’université d’Harvard.


Facebook peut repérer ses utilisateurs qui arrivent sur n’importe quelle page Internet doté d’un bouton «J’aime».


« Facebook est l’entreprise la plus terrible dans le monde quand il s’agit de la vie privée», prévient Chip Pitts, avocat international, qui enseigne les droits de l’homme et les affaires internationales à Stanford et Oxford.

Dans cette enquête réalisée en Californie et en France, Jacques Henno explique comment les entreprises de la Silicon Valley sont véritablement en train de siphonner nos données. Elles mettent tout en œuvre pour accumuler des informations sur chacun d’entre nous. Elles s’en servent pour nous envoyer des publicités extrêmement ciblées, nous vendre des produits ou surveiller nos achats… et du même coup garder un œil sur notre vie privée ! Où va s’arrêter cette collecte d’informations de plus en plus insidieuse et insatiable ? Pouvons-nous y résister ?

Que va-t-il se passer quand, demain, les entreprises de la Silicon Valley auront accès à notre ADN ?

Et quand, en France, les partis politiques, utilisant peut-être les outils mis au point par RapLeaf, une entreprise de San Francisco, pourront nous envoyer des messages ciblés en fonction de nos centres d’intérêt ?

Une enquête fouillée, une livre de prospective socio-économique, des conseils pratiques… à lire de toute urgence. Avant qu’il ne soit trop tard, pour vous et pour vos enfants !

SOMMAIRE DU LIVRE

Cliquez ici pour lire le sommaire complet du livre

SOURCES DU LIVRE

Cliquez ici pour consulter les sources qui ont été utilisées pour rédiger cette enquête.



OU ACHETER CE LIVRE ?


Sur Amazon.fr


Sur Decitre.fr

SUPPLEMENTS INTERNET AU LIVRE


Cliquez ici pour accéder à plus d’informations sur l’histoire de la Silicon Valley, Google, Facebook, Yahoo!, les cookies, la législation américaine…


ERRATA


Cliquez ici pour accéder à la description des deux erreurs que comporte cet ouvrage.


Mon nouveau livre bientôt en librairie

Le 4 novembre chez votre libraire

SILICON VALLEY / PREDATEURS VALLEY ?

COMMENT APPLE, FACEBOOK, GOOGLE ET LES AUTRES S’EMPARENT DE NOS DONNEES.

Les géants de la Silicon Valley sont véritablement en train de siphonner nos données. Plusieurs sociétés de la « Vallée des Prédateurs » s’intéressent même dejà à notre ADN… et proposent un véritable décryptage de notre génome par correspondance…
A quelles fins ?

Au cours d’une enquête minutieuse et passionnante, en Californie et en France, Jacques Henno a suivi à la trace les géants de la Silicon Valley : Apple, Facebook, Google et les autres.
Ces firmes mettent tout en oeuvre pour accumuler des informations sur chacun d’entre nous. Elles s’en servent pour nous envoyer des publicités extrêmement ciblées, nous vendre des produits ou surveiller nos achats… et du même coup garder un oeil sur notre vie privée !

Où va s’arrêter cette collecte d’informations de plus en plus insidieuse et insatiable ? Pouvons nous y résister ?

Biographie de l’auteur

Jacques HENNO est journaliste indépendant. Il a réalisé de nombreuses enquêtes sur Internet et les nouvelles technologies pour CAPITAL, WEB MAGAZINE, et pour le quotidien LES ECHOS.