Les retombées du chantier scientifique de notre-dame de paris

Saviez-vous que les parties non brûlées des poutres de Notre-Dame vont permettre de tester les modèles météorologiques du réchauffement climatique ? J’ai publié ce matin dans le quotidien Les Échos l’enquête que j’ai réalisée auprès des experts du CNRS sur les retombées à moyen et long termes du chantier scientifique de Notre-Dame de Paris. Ce chantier hors-norme constitue une formidable occasion d’en apprendre davantage sur ce monument, mais aussi d’approfondir nos connaissances dans bien des domaines. Depuis l’incendie d’avril 2019, 175 personnes, issues d’une cinquantaine de laboratoires, se relaient au chevet de l’édifice. Leurs recherches auront des répercussions sur la connaissance du climat mais aussi sur celle de la pollution au plomb, de l’acoustique ou des maquettes numériques…

Pour lire l’article, qui comporte également un encadré sur la polémique suscitée par l’éventuelle reconstruction en plomb de la toiture de Notre-Dame : https://bit.ly/NDTresor

Photo : Nuage de points 3D à partir de la face sud de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Andrew Tallon/Vassar College/Chantier Scientifique Notre-Dame de Paris/Ministère de la culture/CNRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.