Nos données peuvent-elles servir l’intérêt général ?

J’ai publié hier dans le quotidien Les Échos, une enquête sur  les « données au service du bien commun ».

L’intérêt de la communauté scientifique et du monde des affaires pour la conduite de politiques publiques (santé, transports…) à partir de données collectées par des entreprises privées ne cesse de grandir. Ces derniers mois, les tribunes signées par des chercheurs et vantant les mérites potentiels des « Data for Public Good » ou des « données au service du bien commun » se sont multipliées en France et à l’étranger.

Ces spécialistes pensent que les données collectées par le secteur privé permettront de prédire les épidémies de grippe (malgré l’échec de Google Flu Trends), les pandémies alimentées par les moustiques, les taux d’occupation des lits dans les hôpitaux, les besoins en eau des bergers et de leurs troupeaux, les crises financières (à partir des fluctuations des dépôts bancaires), les perspectives économiques (grâce à la consommation d’électricité), etc.

Pour lire la suite de cet article :

Lesechos.fr >  Idées > Sciences & Prospectives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.