Les sciences comportementales au service des politiques publiques

J’ai publié ce matin dans Les Échos une enquête sur « Les sciences comportementales au service des politiques publiques »

Depuis 2010, les chercheurs et consultants ayant utilisé les sciences sociales pour modifier le comportement des citoyens, ont rencontré de nombreux succès, pour un faible coût.

Convaincus par ces résultats, l’OCDE, la banque mondiale et l’Union européenne ont publié des rapports encourageant cette nouvelle approche. Selon l’OCDE, 216 équipes la mettent en pratique à travers le monde. Même l’Etat français s’y est mis. La DITP (Direction interministérielle pour l’accompagnement des transformations publiques), une des deux agences en charge de l’amélioration de l’action des administrations françaises, emploie désormais trois personnes au sein de sa section « Méthodes innovantes, sciences comportementales et écoute usagers ».

Pour lire la suite : http://bit.ly/sciencescomportementales

Et voici les liens vers les études mentionnées dans cet article :

Le paracétamol impliqué dans 39,5% des tentatives chez les 8 à 17 ans : https://www.psychaanalyse.com/pdf/ENFANT%20RISQUE%20SUICIDAIRE%20(6%20Pages%20-%20225%20Ko).pdf).

L’étude britannique de 2013 sur les 765 vies sauvées à la suite de l’interdiction de donner à un patient, en pharmacie, plus de 32 comprimés de paracétamol à la fois et, dans le commerce, 16, ce qui complique la tâche des suicidants et en dissuade une partie : https://www.bmj.com/content/346/bmj.f403.long

L’étude Néo-zélandaise qui a montré qu’encourager les citoyens à donner leur sang en les payant risquait de provoquer l’effet inverse : les volontaires craignaient d’être soupçonnés de cupidité : https://www.bmj.com/content/312/7039/1131

Les rapports de l’OCDE (https://www.oecd.org/gov/regulatory-policy/behavioural-insights-and-public-policy-9789264270480-en.htm), de la banque mondiale (http://www.worldbank.org/en/publication/wdr2015) et de l’Union européenne (https://ec.europa.eu/jrc/en/research/crosscutting-activities/behavioural-insights/europe) encourageant le recours aux sciences comportementales par les administrations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.