Google étend sa mainmise sur nos données

Dans un billet publié hier sur son blog officiel, le moteur de recherche Google a annoncé qu’il se réservait désormais le droit de nous pister à travers tous les sites qu’il gère (YouTube, Gmail, Google +, Google Documents, Google News…), afin de nous proposer des publicités toujours plus ciblées.


A la page 37 de mon livre « Silicon Valley /Prédateurs Vallée ? », je rappelle qu’«un document interne [à Google] estime que toutes les données que [Google] accumule sur nous constituent « la meilleure source d’informations sur les centre d’intérêts des utilisateurs que l’on puisse trouver sur Internet. Aucune autre entreprise ne peut faire aussi bien »*.»

Et, toujours dans mon livre, je demande «combien de temps Larry Page et Sergey Brin [les deux patrons de Google] vont-ils résister à la tentation d’utiliser toutes ces données –  ce que nous faisons sur le moteur de recherche et ce que nous faisons en utilisant les services personnalisés de Google (Gmail, Picasa, Google Documents, Google Maps…) – pour nous envoyer des publicités extrêmement ciblées ?»

La réponse est tombée hier : à partir du 1er mars 2012, Google pourra suivre, au cours de leurs pérégrinations à travers tous les sites (YouTube, Gmail, Google +, Google Documents, Google News…) qu’il gère, les internautes inscrits à un de ces services. Et pourra leur proposer une publicité « ciblée » (personnalisée) en fonction des informations que l’entreprise aura ainsi acquises sur chacun d’entre nous : «We can provide more relevant ads too. For example, it’s January, but maybe you’re not a gym person, so fitness ads aren’t that useful to you». 

Voilà en effet ce que l’on peut lire dans un billet publié sur le blog officiel de Google. Alma Whitten, Director of Privacy, Product and Engineering, y présente les grandes lignes des nouvelles règles de confidentialité, qui entreront en vigueur à partir du 1er mars 2012.

Ces nouvelles règles précisent que Google peut collecter sur nous : 

les données personnelles que nous lui fournissons lorsque nous nous inscrivons à un de ses services. Ces données personelles comprennent  «votre nom, votre adresse e-mail, votre numéro de téléphone ou votre carte de paiement. Pour pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités de partage que nous proposons, vous pouvez également être amené(e) à créer un Profil Google public, qui peut comprendre votre nom et votre photo.»

l’utilisation que nous faisons de ses servicespar exemple lorsque vous visitez un site Web qui utilise nos services publicitaires ou lorsque vous visionnez nos annonces et nos contenus et interagissez avec ces éléments.»). Google peut ainsi enregistrer  :

– des données relatives à l’appareil que nous utilisons ex : modèle, version du système d’exploitation, identifiants uniques de l’appareil et données relatives au réseau mobile, y compris votre numéro de téléphone»). 

– des fichiers journaux, c’est-à-dire des données que Google stocke sur ses serveurs lorsque nous utilisons ses services («vos requêtes de recherche», «données relatives aux communications téléphoniques, comme votre numéro de téléphone, celui de l’appelant, les numéros de transfert, l’heure et la date des appels, leur durée, les données de routage des SMS et les types d’appels», «votre adresse IP» – l’adresse IP est un numéro unique qui permet de savoir que c’est votre ordinateur, et non un autre, qui est connecté à Internet

– des données de localisation («comme par exemple des signaux GPS envoyés par un appareil mobile. Nous pouvons également être amenés à utiliser différentes technologies permettant de vous localiser, telles que les données du capteur de votre appareil permettant par exemple d’identifier les points d’accès Wi-Fi et les antennes-relais se trouvant à proximité»)

– des cookies et identifiants anonymes.

Un peu plus loin, on y apprend que «ces donnée permettent [à Google] de vous proposer des contenus adaptés, tels que des annonces et des résultats de recherche plus pertinents

Voici un petit schéma, résumant ce qui nous attend à partir du 1er mars prochain.

Jacques Henno


*Jessica E. Vascellaro, Google Agonizes on Privacy as Ad World Vaults Ahead, Wall Stret Journal, August 10, 2010 http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703309704575413553851854026.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.