Test nucléaire nord-coréen


Le 9 octobre 2006, à 10H35 heure locale, la Corée du Nord a procédé à une explosion atomique souterraine d’environ un kilotonne. Mi-octobre 2006, les Etats-Unis ont affirmé que les prélèvements effectués dans l’atmosphère prouvaient la nature nucléaire de l’explosion. Les sismographes ont situé celle-ci dans une zone montagneuse à 380 kilomètres au Nord-Est de la capitale nord-coréenne.
Les estimations sur la puissance varient de 0,2 à 2 kilotonnes, avec 90 à 95% de probabilité qu’elle soit inférieure à 1 kilotonne. Or 1 kilotonne correspond à la fission de 60 grammes de plutonium, une quantité que la Corée du Nord a reconnu posséder.

Vous pouvez également voir ci-dessous une vidéo (en anglais) proposée par le CTBTO (Comprehensive Nuclear-Test ban treaty Organiztion), le réseau mondial de détection créé pour garantir le Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires*, qui explique comment la nature nucléaire de l’explosion du 9 octobre 2006 a pu être confirmée.

* Plus connu sous son sigle anglais, CTBT (Comprehensive Test Ban Treaty), cet accord oblige les pays signataires à renoncer à tout essai, souterrain ou atmosphérique. Pour prendre les contrevenants la main dans le sac, 321 stations de mesure des radionucléides, entre autres, ont été implantées dans 89 pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *