La prudence de Mickey

Le montage financier d’Euro Disneyland est à l’image des parcs d’attractions de Disney : pour voir la partie la plus intéressante, il faut passer en coulisse.

Disney World (Floride) ; 30 degrés à l’ombre et 80 % d’humidité. Le prési­dent d’Euro Disneyland, M. Robert Fitzpatrick, avait convié à Orlando le « gotha » de la finance européenne pour lui montrer ce qu’est une attraction Disney et lui expliquer le montage fi­nancier du parc de Marne-la-Vallée.

Grand, mince, quarante-neuf ans, « Bob » Fitzpatrick s’exprime dans un français au vocabulaire riche : bénéfi­ciaire d’une bourse du gouvernement français, il était venu achever ses études à Paris ; il y a rencontré sa future épouse.

Embauché en 1987 par Michael Eisner, président de Walt Disney Company, pour prendre la direction d’Euro Disneyland, il a dû, comme tous les nouveaux employés, revêtir le cos­tume d’un des personnages de Disney et se promener déguisé au milieu des touristes dans la peau de Dingo.

C’est sans doute son goût pour le théâtre et pour la perfection qui l’ont convaincu de rejoindre Mickey et compagnie.

— Chez Disney, nous faisons du théâtre de grande qualité. La magie sur scène exige beaucoup de travail en cou­lisse, glisse-t-il entre deux bouffées de cigarette.

Disney World, avec ses personnages, son château de La Belle au Bois Dor­mant et ses attractions amuse petits et grands enfants. L’envers du décor fas­cinerait plus d’un chef d’entreprise ou d’un ingénieur. La nuit, des centaines d’employés assurent l’entretien des pe­louses et des installations d’un domaine aussi grand que Paris, Neuilly et Bou­logne réunis.

Sous le Royaume magique, un des trois centres d’attractions de Disney World, s’étend une ville invisible. Les souterrains qui la quadrillent sont aussi fréquentés que les rues en surface. Des camionnettes viennent livrer leurs marchandises ; d’énormes conduites évacuent dans un bruit sourd les déchets aspirés comme des « pneuma­tiques » ; les employés se rendent à leur travail en musique et à l’abri des re­gards de la foule, qui avec ses oreilles de Mickey sous le bras, qui avec sa trompe de Jumbo sur l’épaule.

La majorité des 13 000 employés de Disney World porte un déguisement ou un uniforme. À raison de deux ou trois vêtements par personne, l’ensemble a engendré « la plus grande garde-robe du monde ». Juste à côté, la salle de contrôle. Une batterie d’ordinateurs surveille à distance les milliers d’au­tomates du Royaume magique.

Le « travail en coulisse » cher à M. Fitzpatrick ne se limite pas à la logistique. Il s’étend à tout ce qui est communication. Dans ce domaine, Walt Dis­ney Company ne fait pas tou­jours dans la dentelle. Elle donnerait plutôt dans la dé­magogie. Les soixante Euro­péens ont eu droit à un exposé sur la popularité de Mickey. Il était appuyé par la projection de diapositives. Elles mon­traient la visite de Mickey dans un hôpital. Le sourire ému d’une grabataire à qui il venait serrer la main mit la salle au bord des larmes.

A John Forsgren, trésorier de Walt Disney Company et conseiller financier d’Euro Disneyland, revenait la tâche d’exposer le montage finan­cier du projet de Marne-la-Vallée ; tâche pleine d’em­bûches.

Walt Disney Company (voir l’organigramme) contrôle à 100 % Euro Dis­neyland SA (société anonyme), qui dé­tient 49 % du capital d’Euro Disney­land SCA (société en commandite par actions) et 17 % du capital d’Euro Dis­neyland SNC (société en nom collectif). La SNC sera propriétaire du parc et le louera en crédit-bail à la SCA. Celle-ci bénéficie d’accords de licence pour uti­liser les personnages, la musique et les concepts mis au point par Walt Disney ; c’est elle qui exploitera le parc. 51 % de son capital seront introduits en Bourse à l’automne prochain. Elle sera gérée par Euro Disneyland SA, qui en sera l’associé commandité.

M. Forsgren a oublié l’existence d’une quatrième société, Euro Disney­land Participations SA. Filiale égale­ment à 100 % de Walt Disney Company, c’est elle, et non Euro Dis­neyland SA, qui possédera 17 % d’Euro Disneyland SNC.

Cette construction a l’avantage de sé­parer les filières exploitation et finan­cement du projet. En cas de difficulté de l’une ou de l’autre, la solidarité ne jouera pas.

La structure, un peu particulière, des sociétés en commandite revient à la mode. Yves Saint Laurent a choisi de s’introduire en Bourse sous cette forme le 6 juillet dernier. Entre autres avan­tages, les statuts des SCA permettent de nommer un gérant pratiquement ina­movible même s’il n’est que minori­taire dans le capital.

La Cob (Commission des opérations de Bourse), généralement méfiante vis-à-vis des SCA, a reconnu que dans le cas d’Euro Disneyland, la certitude d’avoir Walt Disney comme gérant, même à travers une filiale, était un gage de réussite. Elle a mis en avant le ca­ractère très particulier de l’activité des parcs de loisirs et le savoir-faire incon­testable de Walt Disney dans ce do­maine.

Mais la Cob ne s’est apparemment pas demandée pour quelles raisons Walt Disney Company n’avait pas pris directement 49 % de la SCA pour en devenir le gérant.

— La société gérante d’une SCA doit être une entreprise française, répond M. Forsgren. Voilà pourquoi nous avons créé Euro Disneyland SA.

L’argument est incomplet. N’im­porte quelle firme étrangère peut de­venir le gérant d’une SCA. Il lui suffit de demander une carte de commerçant français. L’inconvénient est que cela ne peut être fait que par une personne phy­sique, c’est-à-dire, dans le cas présent, par l’un des dirigeants de Walt Disney Company.

« Trop dangereux », se sont-ils dit. Car la responsabilité de l’associé gérant d’une SCA est illimitée.

Euro Disneyland SA est en fait une société écran dont la firme américaine n’est pas administrateur. Autrement dit, en cas de difficulté du parc de Marne-la-Vallée, la responsabilité de Walt Disney Company serait dégagée. Totalement.

— Tous les employés, tous les cadres de Walt Disney ont une seule idée en tête, faire qu’Euro Disneyland soit une totale réussite, affirme M. Robert Fitz­patrick.

Autre point que les responsables de Walt Disney n’abordent qu’avec réticence : Euro Disneyland SCA achète les terrains auprès d’Eparmarne, l’Etablis­sement public d’aménagement de Marne-la-Vallée, avant de les céder avec les installations du parc en VFA (vente en état futur d’achèvement) à Euro Dis­neyland SNC. Une fois construit, le parc sera rétrocédé à la SCA par la SNC, dans le cadre d’un crédit-bail de vingt ans.

L’avantage de ce procédé est évident. La construction du parc sera financée par la SNC, ce qui représente autant de frais en moins pour la SCA. Elle n’aura qu’un loyer annuel à verser. Cela de­vrait lui permettre d’être rentable et de verser un dividende dès 1992, première année d’exploitation du parc.

Le capital de la SNC est de 2 milliards de francs. Il sera réparti entre plusieurs banques et divers investisseurs. Parmi eux, la Société du Louvre, pour 10 %.

Jacques Henno

(article paru dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles le 31 juillet 1989)

Le montage financier : cliquez sur la photo pour l’agrandir.

Montage Financier Disney Paris
Montage Financier Disney Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.