Archives de catégorie : Capteurs

Surveillez votre frigo…

J’ai publié ce matin dans les Échos un enquête sur la sécurité de la prochaine génération d’objets connectés : « Objets connectés : des transactions à hauts risques »
 

La prochaine génération d’objets connectés prendra des décisions, fera des achats en ligne, remplira des contrats… Autant de transactions qui soulèveront de nouveaux problèmes de sécurité.

Comme chaque début de mois, vous consultez votre relevé bancaire. Mauvaise surprise : votre réfrigérateur connecté a commandé pour 2.000 euros de champagne, récupéré par votre voisin, Alexandre. Vous trouviez bien ce dernier un peu bizarre avec sa passion pour le Dark Web, la face cachée d’Internet où l’on trouve tout ce qui est interdit, mais c’était le seul plan B possible si vous étiez absent au moment des livraisons…

Scénario impossible ? …

J’ai publié ce matin dans Les Echos une enquête sur « Les défis de la collaboration homme-robot »

Un robot assemblé par Akéoplus, une entreprise de Château-Gaillard (01), pour contrôler une armoire électrique destinée à un avion de ligne. Les 1 500 contrôles nécessaires demandent une heure de travail à un opérateur qui doit en plus en assurer le reporting. Trois à quatre jours suffisent pour apprendre à un robot à effectuer les mêmes contrôles en 15 minutes tout en enregistrant (y compris à l’aide de photos) tout ce qu’il fait.
Un robot assemblé par Akéoplus, une entreprise de Château-Gaillard (01), pour contrôler une armoire électrique destinée à un avion de ligne. Les 1 500 contrôles nécessaires demandent une heure de travail à un opérateur qui doit en plus en assurer le reporting. Trois à quatre jours suffisent pour apprendre à un robot à effectuer les mêmes contrôles en 15 minutes tout en enregistrant (y compris à l’aide de photos) tout ce qu’il fait.

Aujourd’hui, les opérateurs pilotent des robots à distance. Demain, ils encadreront des robots collaboratifs. Il est déjà possible d’apprendre des gestes à un robot en le prenant par le bras, bardé de capteurs et de touches sur lesquelles il suffit de cliquer pour enregistrer une séquence. Mais les prochaines générations seront capables d’apprendre en dialoguant avec les humains. Comment gérer cette nouvelle forme de relations professionnelles ?

Retrouvez l’article que j’ai publié dans le numéro des Echos daté du 17 mai 2016 en cliquant ici : http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/021925974973-les-defis-de-la-collaboration-homme-robot-1222221.php?Jfkmu3IsViCFL3AQ.99

Cet article comporte également un encadré : Un phénomène irréductible ? http://www.lesechos.fr/journal20160517/lec1_idees_et_debats/021926065349-un-phenomene-irreductible-1222284.php

L’assurance et les défis des objets connectés

Les assureurs veulent utiliser les informations collectées par les capteurs de nos voitures ou de nos maisons pour personnaliser les contrats. Mais n’osent pas toucher à leur offre santé. Pour l’instant

J’ai publié ce matin dans le quotidien les Echos une enquête sur l’intérêt que les compagnies d’assurances portent aux objets connectés :

« Grâce aux capteurs dont ils sont équipés, ces objets produisent des données, beaucoup de données […] Ces objets, et les informations qu’ils transmettent sur nos comportements, intéressent au premier chef les assureurs, désireux de toujours mieux évaluer nos profils : jeune conducteur prudent, homme de cinquante-cinq ans sédentaire, citadin qui ne branche jamais l’alarme de son domicile, etc. »

Vous pouvez lire la suite sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0204190147952-pourquoi-les-objets-connectes-font-rever-les-compagnies-dassurances-1098284.php?fyoLBWxD24wTtpw3.99

Cet article compote également un encadré sur une start-up américaine qui invite les propriétaires de smartphones à se fixer des objectifs hebdomadaires en termes d’alimentation ou de pratique du sport : si les objectifs sont atteints, l’internaute perçoit une récompense de quelques dollars ; sinon, il doit verser une amende ! Ce système de « carotte/bâton » préfigure-t-il nos futures relations avec la Sécurité Sociale ou notre mutuelle ? Vous pouvez lire « Punir ou récompenser » en cliquant sur le lien suivant : http://www.lesechos.fr/journal20150303/lec1_idees_et_debats/0204193507679-punir-ou-recompenser-1098152.php

L'usine connectée

L'usine General Electric de Schenectady, dans l’Etat de New York, sur la côte est des Etats-Unis, produit 25 à 50 batteries Durathon par semaine.

J’ai publié ce matin dans le quotidien Les Echos, L’usine 4.0, nouvelle révolution industrielle, une enquête sur l’usine du futur.

«Bourrées de capteurs, les usines de demain seront connectées en permanence avec les produits qu’elles ont fabriqués. Objectifs : optimiser la maintenance et améliorer la qualité.»

A lire sur

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/debat/0203049237690-l-usine-4-0-nouvelle-revolution-industrielle-614668.php

Sans oublier : Combien d’emplois dans l’usine de demain ?

http://www.lesechos.fr/journal20131008/lec1_idees_et_debats/0203049286506-combien-d-emplois-dans-l-usine-de-demain-614676.php

L’usine connectée

L'usine General Electric de Schenectady, dans l’Etat de New York, sur la côte est des Etats-Unis, produit 25 à 50 batteries Durathon par semaine.

J’ai publié ce matin dans le quotidien Les Echos, L’usine 4.0, nouvelle révolution industrielle, une enquête sur l’usine du futur.

«Bourrées de capteurs, les usines de demain seront connectées en permanence avec les produits qu’elles ont fabriqués. Objectifs : optimiser la maintenance et améliorer la qualité.»

A lire sur

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/debat/0203049237690-l-usine-4-0-nouvelle-revolution-industrielle-614668.php

Sans oublier : Combien d’emplois dans l’usine de demain ?

http://www.lesechos.fr/journal20131008/lec1_idees_et_debats/0203049286506-combien-d-emplois-dans-l-usine-de-demain-614676.php