Le papier électronique bientôt dans nos entreprises

Sur ce matériau révolutionnaire ultra-fin, on peut afficher n’importe quel texte ou image vidéo.

Voilà quelques semaines, les clients de JC Penney, une chaîne de grands magasins américains, ont découvert, suspendues au plafond de quelques points de vente, d’immenses affiches magiques. Sur ces panneaux de 2 mètres sur 1,3, ils voient défiler des images, du texte ou de la vidéo (portraits de sportifs, publicités pour une marque, etc.). Explication : ces affiches sont réalisées dans un matériau révolutionnaire, appelé «papier électronique» et mis au point par E-Ink, une start-up de la côte est des Etats-Unis.
A priori, cette feuille bleue de 3 millimètres d’épaisseur n’est qu’un vulgaire bout de plastique. Mais, en fait, elle est composée de millions de microcapsules, noires d’un côté, blanches de l’autre. Chacune de ces billes est reliée à un minuscule fil électrique, qui permet de la faire pivoter selon l’impulsion envoyée. Ajoutez à cela des filtres colorés très fins qui recouvrent toute la feuille, et vous obtenez un support qui peut reproduire à l’infini n’importe quel élément visuel, en noir et blanc ou en bichromie. Autre avantage : très souple, ce papier peut s’installer n’importe où, même sur un support irrégulier.
«Dans un premier temps, nous visons le marché des affiches et autres panneaux d’information utilisés dans les entreprises, prévient Jim Iuliano, le président d’E-Ink. Mais, d’ici trois à cinq ans, nous espérons attaquer les secteurs de la presse et de l’édition.» Lorsqu’il sera suffisamment miniaturisé, le papier électronique permettra en effet aux particuliers de ne plus posséder qu’un seul livre, réalisé dans ce matériau. Ils pourront successivement «imprimer»  ou plutôt télécharger à partir d’un site Internet  le dernier livre de Tom Wolfe, «Le Grand Meaulnes» ou un polar en vogue. Même chose pour les journaux et les magazines qui n’auront plus besoin d’être imprimés, mais qu’on transférera sur cette ardoise magique
Pour autant, fabricants de papier et imprimeurs ont encore un bel avenir devant eux. Car, au stade actuel, le papier électronique reste très coûteux (E-Ink ne dévoile aucun chiffre à ce sujet). Et, surtout, pour l’instant, il n’est pas possible d’écrire à la main sur ce support. Tant pis pour ceux qui annotent les documents qu’ils lisent
Jacques Henno

(article paru dans le mensuel Capital, numéro d’août 1999)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *